angélus


angélus

angélus [ ɑ̃ʒelys ] n. m.
• 1690; lat. angelus « ange », mot initial de cette prière
Liturg. Prière de dévotion mariale qui se dit le matin, à midi et le soir; son de cloche qui l'annonce. Sonner l'angélus. « Les sonneries pieuses de l'Angélus du soir, se répondant de paroisse en paroisse » (Renan ). « L'Angélus » de Millet.

angélus nom masculin (latin angelus, ange, mot initial de cette prière) Prière chrétienne en l'honneur du mystère de l'Incarnation. Sonnerie de cloches qui se fait entendre le matin, à midi et le soir, pour indiquer aux fidèles l'heure de cette prière.

angélus
n. m. RELIG CATHOL Prière en l'honneur de la Vierge, récitée le matin, à midi et le soir, et qui commence par le mot latin angelus.
|| Son de cloche annonçant cette prière. Sonner l'angélus.

⇒ANGÉLUS, subst. masc.
RELIG. CATH. Prière latine qui commence par le mot angelus et se récite matin, midi et soir en commémoration du mystère de l'Incarnation; cette même prière en français :
1. ... autrefois (...) on sonnait les heures canoniales : matines et laudes, avant le lever du jour; prime, dès l'aube; tierce, à neuf heures; sexte, à midi; none, à trois heures et encore les vêpres et les complies; aujourd'hui, on annonce la messe du curé, les trois angélus, du matin, de midi et du soir, parfois des saluts, et, certains jours, on lance quelques volées pour des cérémonies prescrites, et c'est tout.
HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 116.
P. méton. La sonnerie de cloches qui, trois fois par jour, annonce l'heure de cette prière :
2. ... C'est l'angélus qui tinte, et rappelle en tout lieu
Que le matin des jours et le soir sont à Dieu;
À ce pieux appel le laboureur s'arrête,
Il se tourne au clocher, il découvre sa tête,
Joint ses robustes mains d'où tombe l'aiguillon,
Élève un peu son âme au-dessus du sillon,
Tandis que les enfants, à genoux sur la terre,
Joignent leurs petits doigts dans les mains de leur mère.
LAMARTINE, Jocelyn, 1836, p. 748.
3. Trois fois chaque jour, lorsque l'angélus sonnait, au réveil de l'aube, dans la maturité de midi, à la tombée attendrie du crépuscule, il se découvrait, il disait un ave en regardant autour de lui, cherchant si la cloche ne lui annonçait pas enfin la venue de Marie. Il avait vingt-cinq ans. Il l'attendait. Au mois de mai, l'attente du jeune prêtre était pleine d'un heureux espoir.
ZOLA, La Faute de l'Abbé Mouret, 1875, p. 1295.
Péj. (sans doute p. allus. au passage de Jocelyn, supra, et à l'Angélus (1867) du peintre J.-F. Millet) :
4. Depuis cinq jours qu'ils s'étaient quittés [Sabine et Jérôme], elle avait reçu de lui une lettre longue, respectueuse et réservée, et une autre lettre courte, descriptive de la nature comme un paysage peint et d'une sentimentalité d'angélus.
A. DE NOAILLES, La Nouvelle espérance, 1903, p. 76.
P. métaph. :
5. « Ainsi, disais-je, ainsi sans doute dans la vie, quand tout est dépouillé en nous, quand nous descendons les avenues sans feuillage, il est de ces jours où les cœurs rajeunis étincellent comme au printemps : les premiers tintements de l'âge glacé nous arrivent dans un angélus presque joyeux. Est-ce illusion décevante; un écho perdu de la jeunesse sur cette pente qui mène à la mort? Est-ce annonce et promesse d'un séjour d'au-delà? »
— « C'est promesse assurément », disait-elle.
SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 125.
6. ... ils se ressemblaient tous : les villages assis dans l'herbe; les grandes villes qui sont debout; les casernes, et les troupeaux de bœufs tranquilles. Ils se réjouissaient de téter le soleil; mais il coulait en eux comme de l'ombre chaude; leurs masses s'entr'ouvraient pour prendre ses rayons, et puis les verrouillaient au cachot de la chair. Nous avons à coups de cloches jeté sur eux l'angélus de la conscience neuve; ils s'éveillent, ils se lavent, ils sont dieux, leur règne arrive, ...
ROMAINS, La Vie unanime, 1908, p. 247.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. PASSY 1914 attribue à la voyelle nasale une demi-longueur. La voyelle de syllabe finale est longue pour BARBEAU-RODHE 1930, demi-longue pour PASSY 1914. ROUSS.-LACL. 1927, p. 168 et KAMM. 1964, p. 199, considèrent angélus comme une exception à la règle selon laquelle ,,l's est généralement muette dans les finales françaises`` (ROUSS.-LACL. 1927). — Rem. NOD. 1844 et LITTRÉ conseillent pour la seconde syllabe graph. un e muet. FÉR. 1768 et LITTRÉ signalent à titre de var. respectivement la prononc. avec e et la prononc. avec é. 2. Forme graph.Ac. n'introduit l'accent qu'en 1878. Écrivent également angelus sans accent NOD. 1844, BESCH. 1845, POIT. 1860, Lar. 19e, LITTRÉ.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1672 (?) « signal donné par la cloche d'une église pour appeler à réciter l'angélus » (BOSSUET, Règle. ds LITTRÉ : A cinq heures et demie, on sonnera l'angelus); 1690 (FUR. : Angelus : est une priere à la Vierge qui commence par le mot d'angelus).
1er mot des quatre versets qui avec trois Ave Maria et une oraison constituent cette prière. La récitation du soir, première en date, a été longtemps liée à la sonnerie du couvre-feu, au moment du coucher du soleil : cf. XIIIe s., Oxford, Bodeleienne, Canonici, ms. Miscell., 75 f° 66b ds CABROL et LECLERCQ, Dict. d'archéol. chrét. et de liturgie. Les récitations du matin et de midi ne semblent pas antérieures au XIVe s.; au XVIe s. s'introduit l'usage de séparer les 3 Ave par 3 versets et leurs répons; l'incipit du premier verset a donné son nom à l'ensemble de la prière (d'apr. CABROL et LECLERCQ, op. cit.).
STAT. — Fréq. abs. littér. :276. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 164, b) 301; XXe s. : a) 883, b) 340.
BBG. — Archéol. chrét. 1924. — BACH.-DEZ. 1882. — BOUILLET 1859. — DUB. Pol. 1962, p. 84. — Foi t. 1 1968. — MARCEL 1938.

angélus [ɑ̃ʒelys] n. m.
ÉTYM. 1690; du lat. angelus « ange », mot qui commence cette prière.
Liturg. cathol. Prière de dévotion mariale qui se dit le matin, le midi et le soir. || Réciter l'angélus. || L'angélus de six heures. || L'Angélus, tableau de Millet (1860).
Par métonymie. Son de la cloche qui l'annonce aux fidèles. || Sonner l'angélus.
1 On entend l'angélus tinter et d'un saint bruit
Convoquer les esprits qui bénissent la nuit.
Lamartine, Harmonies…, I, 5.
2 Les sonneries pieuses de l'Angélus du soir, se répondant de paroisse en paroisse, versaient dans l'air quelque chose de calme, de doux et de mélancolique, image de la vie que j'allais quitter pour toujours.
Renan, Souvenirs d'enfance…, III, 2.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Angelus — • A short practice of devotion in honour of the Incarnation repeated three times each day, morning, noon, and evening, at the sound of the bell Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Angelus     Angelus …   Catholic encyclopedia

  • Angelus — Angélus Pour les articles homonymes, voir Angélus (homonymie). L Angélus est une prière de l Eglise catholique d Occident qui commémore l Annonciation. Elle tire son nom de ses premiers mots, « Angelus Domini nuntiavit Mariæ ». Elle… …   Wikipédia en Français

  • Angelus — (lat. ‚Engel‘) ist Name folgender Personen: Angelus der Karmelit (1185– 1220), Karmelit aus Palästina Andreas Angelus (1561–1598), deutscher Geistlicher und Chronist Johannes Angelus (1542–1608), hessischer Theologe Johannes Engel (latinisiert… …   Deutsch Wikipedia

  • angelus — ÁNGELUS subst. Rugăciune catolică în cinstea Bunei Vestiri (bunavestire). – cuv. lat. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  ángelus s. n. Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  ANGÉLUS s.n. Rugăciune catolică în… …   Dicționar Român

  • angelus — ANGELUS. s. m. (On pron. l S.) Prière qui commence par le mot Angelus, en l honneur du Mystère de l Incarnation, et qui se fait trois fois le jour, au son de la cloche des Églises, qui en avertit les Fidèles, en tintant trois fois, le matin, à… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • angelus — Angelus. s. m. Priere qui commence par le mot Angelus en l honneur du mystere de l Incarnation, laquelle se fait trois fois chaque jour, le matin, à midy, & le soir à l heure que la cloche sonne pour avertir. Avez vous oüy sonner l Angelus? il y… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Angĕlus [1] — Angĕlus (v. gr.), 1) Bote; 2) Engel; 3) (A. ecclesiae), früher Titel von Päpsten od. Bischöfen; 4) Fahne mit dem Zeichen des Erzengels Michael unter den früheren christlichen occident. Kaisern; 5) (Angelus Dei Gebet), katholisches Gebet, gen. von …   Pierer's Universal-Lexikon

  • ángelus — (plural ángelus) sustantivo masculino 1. Área: religión Oración cristiana en honor del misterio de la encarnación, que comienza con las palabras El ángel del Señor... : A las doce del mediodía se suele rezar el ángelus …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Angelus — An ge*lus, n. [L.] (R. C. Ch.) (a) A form of devotion in which three Ave Marias are repeated. It is said at morning, noon, and evening, at the sound of a bell. (b) The Angelus bell. Shipley. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Angelus — Angĕlus (lat.), Bote, Engel; A. Dei oder Domĭni, kath. Gebet, beginnend mit den Worten: »Angelus Domini nuntiavit Mariae« (der Engel des Herrn brachte Maria die Botschaft), ist des Tags dreimal zu beten; das Zeichen dazu das Angelusläuten. (S.… …   Kleines Konversations-Lexikon